Plan pour les véhicules à émissions nulles

Vision : faire en sorte que la possession d'une voiture soit moins coûteuse et plus propre pour les Ontariens et fournir une infrastructure cycliste sécuritaire

Les véhicules à passagers — des voitures compactes aux petites fourgonnettes en passant par les camionnettes — représentent plus de la moitié de toutes les émissions de gaz à effet de serre du secteur des transports émises chaque année au Canada. Les véhicules lourds, comme les camions et les véhicules de transport de marchandises, représentent un autre 35 %. Si nous voulons vraiment réduire notre empreinte carbone et respecter nos engagements mondiaux, nous devons réduire radicalement ces émissions.

Dans une province aussi vaste que l'Ontario, les gens ne vont pas simplement arrêter de conduire. Nous devons donc accélérer la transition vers l'écologisation des véhicules de transport de passagers et de marchandises. C'est aussi important que d'investir dans les transports en commun écologiques.

Heureusement, le virage vert est plus abordable : le litre d'essence le moins cher est celui que vous n'avez pas à acheter. Une voiture électrique est de 50 à 70 % moins chère qu'une voiture à essence.

La technologie existe, il s'agit donc d'aider les gens à monter dans ces véhicules.

Notre plan en dix points :

  1. Apporter une contribution équivalente aux incitatifs du gouvernement fédéral pour les véhicules à émissions nulles. Cette mesure prévoit des incitatifs supplémentaires pouvant atteindre 5 000 $ pour les véhicules électriques à batterie, les véhicules à hydrogène et à pile à combustible et les véhicules hybrides rechargeables à plus longue autonomie.
  2. Adopter une version de la Loi sur les véhicules à émissions nulles (ZEVA) de la Colombie-Britannique, qui intègre officiellement les objectifs de vente de véhicules personnels du gouvernement fédéral pour les véhicules à émissions nulles, soit 10 % d'ici 2025, 30 % d'ici 2030 et 100 % d'ici 2040. L'application de ces cibles se fait par le biais d'un mécanisme de plafonnement et d'échange pour les détaillants.
  3. Rétablir le Programme d'incitation à la recharge des véhicules électriques, qui a été annulé par Doug Ford. Le programme offre aux Ontariens des remises pouvant atteindre 1 000 $ pour l'installation de bornes de recharge pour véhicules électriques dans leur maison.
  4. Installer 2 000 bornes de recharge publiques dans toute la province, en mettant l'accent sur les régions actuellement mal desservies.
  5. Aider les municipalités à installer 2 000 autres bornes de recharge publiques par le biais d'un programme de partage des coûts à parts égales.
  6. Rétablir l'exigence, qui a été annulée par Doug Ford, selon laquelle toutes les nouvelles maisons construites dans la province doivent être dotées de l'infrastructure nécessaire à une station de recharge pour véhicules électriques.
  7. Élaborer des programmes de soutien aux entreprises pour l'infrastructure de recharge et la formation professionnelle afin de préparer les entreprises ontariennes à l'obligation d'acheter des véhicules neufs pour les parcs de véhicules d'entreprise et municipaux sans émissions d'ici 2030.
  8. Travailler avec les intervenants et les représentants de l'industrie pour élaborer une feuille de route visant à atteindre la neutralité en carbone dans le secteur du transport des marchandises en Ontario d'ici 2050.
  9. Rétablir le Programme ontarien de promotion du cyclisme pour les déplacements domicile-travail, qui a été annulé par Doug Ford, et fournir aux administrations municipales 200 millions de dollars sur quatre ans pour la mise en place d'une infrastructure cycliste sécuritaire.
  10. Mettre en œuvre un programme visant à offrir un incitatif de 850 $ pour l'achat d'un nouveau vélo électronique aux personnes qui mettent à la ferraille leurs véhicules très polluants (semblable à un programme en Colombie-Britannique.