Plan for a stronger, more inclusive Ontario Liberal Party / Planifier un Parti libéral de l'Ontario plus fort et plus inclusif

Our campaign is committed to building a province that builds on our party’s strong economic record, while articulating a vision for well-being that goes beyond GDP as our sole measure of progress. In addition to combating climate change, creating more good jobs, and improving affordability, we’re focussed on empowering Ontarians where they live.

Our focus on empowerment must also extend to serious reforms to how our party operates. We must first rebuild the party, then turn it into a machine that can win elections. To deliver on our promises, we need many more people involved in contributing to and communicating our ideas everywhere in Ontario.

To get there, we’ve identified a series of challenges facing the Ontario Liberal Party, and proposed some solutions. Kate heard a lot of these issues during her work with past candidates, and during her listening tour around the province.

Improvement must be constant. We need to hear from party members (and those who might have left or decided not to join the party) about what we’ve missed or how we can do even better It’s going to take all of us working together to get this job done and address the following problems with real solutions.

1) Make membership free

Problem: Our party doesn’t have enough members to build the grassroots strength we need all around the province.

Solution: Make membership in the Ontario Liberal Party free for anyone who believes in what we stand for and wants to get involved.

2) Open and accessible

Problem: People view the Ontario Liberal Party as an elite and exclusive club. We need to be more open, and more accessible.

Solutions: End delegated leadership conventions, and move to a one member one vote system our members can get behind. 57% of voters at our 2019 AGM supported this change, which would make it easier for more Ontarians to participate in the selection of our leader. We know a majority of delegates at our last AGM, and we have to get there.

Those AGMs are also expensive to hold and expensive to attend. So let's make AGMs regional, not central. We have the technology to join together for important moments, such as hearing from our leader, without asking members who want to feel involved to travel and pay every year has to end. Then, once every four years we would come together as a family.

We also have to commit to fair, open, and transparent nominations. That’s why I’ve launched my pledge to hold nominations that will be fair to whoever wants to compete in them, and why I’m urging other candidates for leader and every member to sign on. Nomination contests are a good test, and we shouldn’t interfere for someone our party elites think is “better” -- or worse, who they’ve promised a nomination to in exchange for their support.

3) Election ready

Problem: Even though the election date was set the day after the 2014 election, The Ontario Liberal Party was not prepared for the 2018 election. This was most obvious in that some candidates were nominated right before the writ was dropped, but it’s more than that. We have to be prepared to engage with Ontarians throughout the electoral cycle.

Solutions: We propose holding a minimum of 100 nomination meetings more than 6 months before the next fixed election date. This hard target makes sure the majority of our candidates will be out there pounding the pavement in time to make a real difference. But this is a complex operation, and while we’re committed to exceeding that target, that won’t be enough.

We need to be engaged with, and supportive of, all of our candidates and local associations all the time, not just right before elections. That’s why we would hire full-time, on the ground organizers for each region of the province to grow the party throughout the cycle. This also supports and increases accountability for our local associations. We need to work with those associations to develop measurable targets, provide the support they need to meet them, and then co-develop accountability measures in areas they can control such as outreach contacts and doors knocked.

4) Clear, consistent focus

Problem: In the Listening Project, a campaign post-mortem Kate helped to lead, one of the big themes was that people didn’t know what the Ontario Liberals stood for.

Solutions: In addition to the deep canvassing we committed to above, we’ve got to ensure we are communicating a clear focus to the people of Ontario, year-after-year.

To reinforce this, we should release the platform at least a month before the writ period so people know where we stand.

We must include members and the public in our policy deliberations along the way, by engaging with them on the problems we want to solve (for example, our well-being vision and priorities), showing them the solutions to those problems we’re considering. Then, once we’ve decided on solutions to propose, explain to them how we got there and how we want to be measured on success in the future.

5) Province-wide organizing capacity

Problem: The OLP relied too much on the existing staff of elected members to run their election campaigns and did not have an engaged core team of activists.

Solution: Hire full-time, on the ground organizers for each part of the province dedicated to the building the party’s grassroots, and reduce reliance on Queen’s Park staff. In addition, charge these organizers with empowering and investing in the capacity of local volunteer organizers through training and technology.

6) Connected to members

Problem: Our party has, at times, become disconnected from its members.

Solution: Commit to holding town hall meetings in every region of the province, every year, with members, and ensuring our critics and, eventually, members, do the same.

Even when we achieve majority government, winning government without seats in rural or Southwestern ridings only reaffirms old divides.

7) Empowered PLAs

Problem: PLAs feel powerless and local ridings feel they don't have a say in how the party is run. OLP leadership has lost its value proposition.

Solution: We have to make being a PLA president mean more. That’s why we’re proposing that 6 times a year, PLA presidents from unheld ridings can attend caucus meetings. We need to hear their voices, we need to trust them to keep our confidences, and we need them energized and engaged every day of the year.

8) Deep canvassing

Problem: Targeting voters with sophisticated data means that canvassers merely asked folks at the door if they are going to/have ever voted Liberal. This leaves no room for persuasion and is boring for canvassers.

Solution: We also have to make a party-wide commitment to deep canvassing. We cannot come to peoples’ doors, or their phones, or their Facebook feeds, once every four years, to ask them for their support, and then run off no matter what the answer is. We have to find a way to get our local associations, candidates, MPPs, and, most importantly, activists, out there engaging with Ontarians all the time. We have to meet them where they live, and ask them what they want to see from us. Then we have to tell them how we propose to address the problems they have identified. And then, after we’ve put in the work, we need to ask them for their votes. This will not only make us more responsive to the needs and dreams of Ontarians, it's the best way to build our party up with new small dollar donors and activists.

 


Planifier un Parti libéral de l'Ontario plus fort et plus inclusif

Notre campagne vise à bâtir une province qui s'appuie sur le solide bilan économique de notre parti, tout en formulant une vision du bien-être qui va au-delà du PIB comme seule mesure du progrès. En plus de lutter contre les changements climatiques, de créer plus d'emplois de qualité et d'améliorer l'abordabilité, nous nous concentrons sur l'autonomisation des Ontariens là où ils vivent.

L'accent que nous mettons sur l'autonomisation doit également s'étendre à de sérieuses réformes du mode de fonctionnement de notre parti. Nous devons d'abord reconstruire le parti, puis le transformer en une machine qui peut gagner les élections. Pour tenir nos promesses, nous avons besoin d'un plus grand nombre de personnes qui participent à la contribution et à la communication de nos idées partout en Ontario.

Pour y arriver, nous avons cerné une série de défis auxquels le Parti libéral de l'Ontario est confronté et proposé des solutions. Kate a beaucoup entendu parler de ces questions au cours de son travail avec d'anciens candidats et au cours de sa tournée d'écoute dans la province.

L'amélioration doit être constante. Nous avons besoin d'entendre les membres du parti (et ceux qui sont partis ou qui ont décidé de ne pas se joindre au parti) sur ce que nous avons raté ou comment nous pouvons faire encore mieux. Il nous faudra tous travailler ensemble pour accomplir ce travail et résoudre les problèmes suivants avec des solutions concrètes.

1) Devenir membre gratuitement

Problème : Notre parti n'a pas assez de membres pour bâtir la force populaire dont nous avons besoin dans toute la province.

Solution : Devenir membre gratuitement pour quiconque croit en ce que nous défendons et veut s'impliquer.

2) Ouvert et accessible

Problème : Les gens considèrent le Parti libéral de l'Ontario comme un club d'élite et exclusif. Nous devons être plus ouverts et plus accessibles.

Solutions : Mettre fin aux congrès à la direction déléguée et passer à un système à un membre, un vote que nos membres peuvent appuyer. Lors de notre Assemblée générale annuelle de 2019, 57 % des électeurs ont appuyé ce changement, ce qui permettrait à un plus grand nombre d'Ontariennes et d'Ontariens de participer plus facilement à la sélection de notre chef. Nous connaissons la majorité des délégués à notre dernière AGA, et nous devons y arriver.

Ces AGA sont également coûteuses à tenir et à assister. Alors, faisons en sorte que les AGA soient régionales, et non centrales. Nous avons la technologie pour nous unir à des moments importants, comme celui d'entendre notre chef, sans demander aux membres qui veulent se sentir impliqués de voyager et de payer chaque année doit prendre fin. Puis, une fois tous les quatre ans, nous nous réunissions en famille.

Nous devons également nous engager à présenter des candidatures justes, ouvertes et transparentes. C'est pourquoi j'ai pris l'engagement de présenter des mises en candidature qui seront équitables pour tous ceux qui veulent y participer, et c'est pourquoi j'exhorte les autres candidats à la direction et tous les membres à signer. Les courses à l'investiture sont un bon test, et nous ne devrions pas interférer pour quelqu'un à qui nos élites du parti pensent que c'est "mieux" - ou pire, à qui elles ont promis une nomination en échange de leur soutien.

3) Prêt pour l'élection

Problème : Même si la date des élections a été fixée au lendemain des élections de 2014, le Parti libéral de l'Ontario n'était pas prêt pour les élections de 2018. C'est ce qui est le plus évident, car certains candidats ont été nommés juste avant l'abandon de l'élection, mais c'est plus que cela. Nous devons être prêts à nous engager avec les Ontariens tout au long du cycle électoral.

Solutions : Nous proposons de tenir un minimum de 100 assemblées de mise en candidature plus de 6 mois avant la prochaine élection à date fixe. Cette cible difficile fait en sorte que la majorité de nos candidats seront sur le pavé à temps pour faire une réelle différence. Mais il s'agit d'une opération complexe, et même si nous sommes déterminés à dépasser cet objectif, ce ne sera pas suffisant.

Nous devons nous engager auprès de tous nos candidats et de toutes nos associations locales et les appuyer en tout temps, et pas seulement juste avant les élections. C'est pourquoi nous embaucherions des organisateurs à temps plein pour chaque région de la province afin de faire croître le parti tout au long du cycle. Cela permet également de soutenir et d'accroître la responsabilité de nos associations locales. Nous devons travailler avec ces associations pour élaborer des cibles mesurables, leur fournir le soutien dont elles ont besoin pour les atteindre, puis élaborer conjointement des mesures de responsabilisation dans des domaines qu'elles peuvent contrôler, comme les contacts d'approche et le nombre de portes frappées.

4) Orientation claire et cohérente

Problème : Dans le projet Listening Project, une campagne post-mortem que Kate a aidé à diriger, l'un des grands thèmes était que les gens ne savaient pas ce que les libéraux de l'Ontario représentaient.

Solutions : En plus de la vaste campagne de sollicitation à laquelle nous nous sommes engagés ci-dessus, nous devons nous assurer de communiquer un objectif clair à la population de l'Ontario, année après année.

Pour renforcer cela, nous devrions publier la plateforme au moins un mois avant la période électorale afin que les gens sachent où nous en sommes.

Nous devons faire participer les membres et le public à nos délibérations stratégiques en cours de route, en nous engageant avec eux sur les problèmes que nous voulons résoudre (par exemple, notre vision et nos priorités en matière de bien-être) et en leur montrant les solutions à ces problèmes que nous envisageons. Ensuite, une fois que nous avons décidé des solutions à proposer, expliquez-leur comment nous y sommes parvenus et comment nous voulons être mesurés en termes de succès dans le futur.

5) Capacité d'organisation à l'échelle de la province

Problème : Le Parti libéral de l'Ontario comptait trop sur le personnel actuel des membres élus pour mener sa campagne électorale et ne disposait pas d'une équipe centrale de militants engagés.

Solution : Embaucher des organisateurs à temps plein, sur le terrain, pour chaque partie de la province qui se consacre à l'édification de la base du parti et réduire la dépendance envers le personnel de Queen's Park. En outre, charger ces organisateurs de renforcer les capacités et d'investir dans les capacités des organisateurs bénévoles locaux par le biais de la formation et de la technologie.

6) Liés aux membres

Problème : Notre parti s'est parfois déconnecté de ses membres.

Solution : Nous nous engageons à tenir des assemblées publiques dans chaque région de la province, chaque année, avec nos membres, et à faire en sorte que nos porte-parole et, éventuellement, nos membres, fassent de même.

Même lorsque nous obtenons un gouvernement majoritaire, remporter le pouvoir sans sièges dans les circonscriptions rurales ou du Sud-Ouest ne fait que réaffirmer de vieilles divisions.

7) ALP renforcées

Problème : Les ALP se sentent impuissantes et les circonscriptions locales estiment qu'elles n'ont pas leur mot à dire sur la façon dont le parti est dirigé. Le leadership du Parti libéral de l'Ontario a perdu sa proposition de valeur.

Solution : Nous devons faire en sorte que le fait d'être président de l'ALP signifie plus. C'est pourquoi nous proposons que six fois par année, les présidents de l'ALP de circonscriptions non retenues puissent assister aux réunions du caucus. Nous avons besoin d'entendre leurs voix, nous devons leur faire confiance pour garder nos confidences, et nous avons besoin qu'ils soient stimulés et engagés chaque jour de l'année.

8) Prospection en profondeur

Problème : Le fait de cibler les électeurs avec des données sophistiquées signifie que les démarcheurs ont simplement demandé aux gens qui se présentaient à la porte s'ils allaient voter ou s'ils avaient déjà voté libéral. Cela ne laisse aucune place à la persuasion et est ennuyeux pour les démarcheurs.

Solution : Nous devons également nous engager, à l'échelle du parti, à mener une vaste campagne de démarchage. Nous ne pouvons pas nous rendre à la porte des gens, ni à leur téléphone, ni à leurs fils Facebook, une fois tous les quatre ans, pour leur demander leur appui, et nous enfuir ensuite, peu importe la réponse. Nous devons trouver un moyen d'amener nos associations locales, nos candidats, nos députés provinciaux et, surtout, nos militants et militantes à s'engager auprès des Ontariens et Ontariennes tout le temps. Nous devons les rencontrer là où ils vivent et leur demander ce qu'ils veulent voir de nous. Ensuite, nous devons leur dire comment nous nous proposons de régler les problèmes qu'ils ont identifiés. Puis, après avoir fait le travail, nous devons leur demander leur vote. Cela nous permettra non seulement de mieux répondre aux besoins et aux rêves des Ontariens et des Ontariennes, mais c'est aussi la meilleure façon de bâtir notre parti avec de nouveaux petits donateurs et militants.

 

Sign on if you support this plan to make the Ontario Liberal Party stronger and more inclusive.


Signez si vous appuyez ce plan pour rendre le Parti libéral de l'Ontario plus fort et plus inclusif.

5

of a 50 signature goal

Will you join?